Question posée à la randonnée du 17 mars 2016

Serge Delom vous répond :

Voici quelques extraits de l’encyclopédie libre « WikipédiA »

- La plupart des érudits, jusqu'au XXe siècle, considèrent la pile comme un « monument funéraire » au sens large, cette dénomination recouvrant des réalités diverses. Michel de Marolles, reprenant en 1681 des données plus anciennes, en fait un monument signalant le tombeau de « cinq braves » de l'époque romaine. En 1977, Gilbert Picard suggère que des tombes, à retrouver, devaient exister dans l'enclos entourant la pile. Jean-Mary Couderc, en 1987, évoque un mausolée à la mémoire d'un négociant du IIe siècle commerçant avec la région d'Ostie.
- Noël Champoiseau fait remonter sa construction au temps des Alains (Ve siècle) alors que La Sauvagère, avant d'en faire un monument du temps des Wisigoths, opte pour une construction à l'époque des invasions des Sarrasins. Philippe Lauzun propose d'attribuer aux piles, d'une façon générale, une fonction juridique, « comme des temples où se rendait la justice, sortes de prétoires en plein air ».

- La pile est parfois assimilée à un repère de navigation lié à la Loire. Elle est représentée sur l'édition française de l'atlas de Mercator publiée en 1609 (folio 151) sous le nom de Pile Saint-Nicolas, consacrée au patron des bateliers. Un texte du XVIIIe siècle en fait un fanal signalant la confluence du Cher et de la Loire, ignorant le fait qu'il est impossible d'accéder au sommet de la pile pour y allumer un feu.

- La pile est également considérée comme un édifice à vocation religieuse, un temple dédié à Mars ou à Mercure ou un monument astronomique élevé par les Celtes dont les douze panneaux décorés symbolisaient les douze mois de l'année, les douze signes du Zodiaque.

- Certains auteurs ont attribué la construction de la pile à un armateur qui aurait voyagé jusqu'à Rome en suivant les cours d'eau, dont la Loire, mais cette théorie ne fait pas l'unanimité.

- Quelques historiens proposent d’attribuer cette construction à Jules César car il était alors courant de voir la « main » du général romain dans tout édifice jugé antique. Selon cette opinion , également assez répandue, la pile de Cinq-Mars serait un trophée militaire. C'est en 1770 l'opinion de La Sauvagère qui rapproche la pile de Cinq-Mars des autres piles de Gaule, élevées selon lui en l'honneur des guerriers romains après la guerre des Gaules, voire pour célébrer un consul romain ami de César, Quintus Marcius, ce qui expliquerait le toponyme de Cinq-Mars

- La construction de la pile serait liée à la révolte de Sacrovir en l'an 21, réprimée par Tibère et à laquelle prennent part les Turons.

- Elle témoignerait de la fin des raids normands dans la vallée de la Loire au Xe siècle.