A l’aube du 05 mai (enfin, vers 8 heures 30…) nous sommes 37 des Sentiers du Lys à prendre la route pour Aubigny-sur-Nère, aux confins de la Sologne et du Berry.
Le Camping des Etangs nous accueille, d’où nous avons, comme son nom l’indique, une vue superbe sur le plan d’eau et son concert de grenouilles et de canards.
Dès l’après-midi nous filons pour notre première randonnée, à Argent-sur-Sauldre, le long d’un très joli canal. La ville, située dans un paysage de  rivière, canal et étangs a dû son essor à son sol très argileux et à son canal qui ont permis à l’activité céramique de se développer, notamment à Gien dont la faïencerie fut créée à partir de cette terre.
Deuxième jour, journée scientifique. Le « centre d’information du public » de la centrale nucléaire de Belleville/Loire nous reçoit pour une conférence passionnante sur l’énergie atomique et le fonctionnement de la centrale. Puis il a fallu s’arracher à regret à la salle des maquettes car le Pôle des étoiles de Nancay nous attendait pour un extra ordinaire voyage parmi les constellations et les galaxies.
Puis une courte randonnée pour se dégourdir les jambes nous conduit autour de cette petite ville, située au sud de la Sologne qui voit nom apparaître pour la première fois en 1010 sous la forme Nanciacos, et qui doit sa renommée à son château daté du XV ème siècle, à ses  « Sablés », biscuit créé suite a une erreur de recette en 1953 (et dont quelques gourmands n’ont pas manqué de visiter le magasin…) et pour avoir abrité la jeunesse d’Alain Fournier.
Samedi, nous restons à Aubigny. Notre randonnée nous laisse découvrir la campagne environnante et nous ramène au village au travers d’un marché débordant d’activité de couleurs de marchands et de chalands.
Après midi, Amélie nous attend devant l’Office de Tourisme. Elle nous conduit par les rues décorées de maisons à pans de bois, chargées d’histoire qu’elle nous conte depuis l’époque gallo-romaine, le rattachement à la couronne royale en 1189 par Philippe Auguste jusqu’à l’offrande par Charles VII de la baronnie d’Aubigny  aux Stuart, souverain d’Ecosse. En effet, depuis 1295 un traité (l’Auld) lie la couronne de France et la couronne d’Ecosse contre la domination de l’Angleterre, et le rôle déterminant des troupes Ecossaises durant la guerre de 100 ans justifie ce cadeau.
Ils laisseront comme héritage les nombreuses maisons à pans de bois. La présence de drapeaux, boites aux lettres et cabines téléphoniques rouges témoignent encor de leur présence. Le château, construit par Robert de Stuart, sera embelli par Louise de Keroual. En juillet de somptueuse fêtes commémorent cette alliance qui a perdurée jusqu’en 1903.
Puis c’est notre dernier jour. Après la réintégration de notre hébergement, une petite promenade s’imposait le long de la Nère et des étangs, et un dernier pique nique commun pour clôturer ce séjour.

Ah ! Ne pas oublier. Notre président avait commandé le soleil, bien présent, durant ces quatre jours.

Les organisateurs